… & le DERNIER !

Je suis sortie encapuchonnée, gantée, doudounée et j’ai eu froid pour les petits enfants sur le chemin de l’école, de la crèche ou de la nourrice, les personnes âgées obligées de faire leurs courses et tous les sans abris de Paris et d’ailleurs devant lesquels nous passons encore plus vite que d’habitude parce que, quand on a froid, on marche sans penser à apporter quelque chose de chaud à ceux qui n’ont pas de toit – ski est définitivement moins anecdotique que de ne pas savoir où pondre des niaiseries.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *